20 Sep

Motion de soutien des élus CFDT et GGT du CE de Publihebdos aux grévistes de Ouest-France

Les élus CFDT et CGT de Publihebdos apportent leur soutien plein et entier aux grévistes de Ouest-France contre le projet de mutualisation des éditions des quotidiens des Pays de Loire qui vise à supprimer 56 postes et fermer des rédactions, et partagent leur inquiétude quant à l’avenir du groupe.

Ce plan piétine les engagements historiques de Ouest-France de maintenir le pluralisme et la qualité de l’information et risque, à terme, de fragiliser l’ensemble du groupe.

Cette évolution vers toujours plus de rentabilité inquiète fortement les élus CFDT et CGT de Publihebdos qui déjà s’interrogeaient lors de la présentation du projet « inventons demain », semblant se transformer en projet « licencions aujourd’hui et demain ».

Dans cet « écosystème », les salariés de Publihebdos ne veulent pas devenir davantage les collaborateurs low-cost du navire amiral Ouest-France.

Fait à Rennes, le 20 septembre 2018

16 Juil

Publihebdos : osons dire STOP !

Dans un tract commun, les sections CFDT et CGT de Publihebdos appellent les salariés à dire STOP à la surcharge et à la dégradations des conditions de travail. Les journalistes réclament aussi la prise en compte du travail sur le numérique.

La situation à Publihebdos devient préoccupante.

Les élus de la CGT et de la CFDT constatent de nombreuses situations de souffrance au travail. Nous déplorons un climat difficile au sein de l’entreprise dû à une surcharge de travail généralisée et des pressions exercées par les éditeurs et la direction dans le seul but d’une rentabilité maximum.

> Dans les rédactions, en plus du support papier, les journalistes doivent répondre aux injonctions incessantes d’Actu.fr et de la performance web, sans aucune reconnaissance du travail effectué. Les discussions en cours qui obligeraient les journalistes à répondre à huit critères aberrants pour obtenir une prime de 15 euros bruts mensuels, ne laissent pas augurer d’une amélioration de la situation. Le développement du web ne doit pas se faire au détriment du papier.

> Dans les ateliers, on subit un abandon de la qualité et on doit faire avec des effectifs de plus en plus réduits. Tout le monde doit tout prendre sous menace de recours à la sous-traitance extérieure, déjà existante, et doit faire face à une gestion au jour le jour.

> Dans les services généraux, après la purge des accueils, les animateurs des ventes se retrouvent avec des secteurs trop importants pour travailler correctement. Pour les annonces légales, il n’y a pas de visibilité. La fermeture brutale de l’imprimerie de Bernay va entraîner de nouvelles réorganisations, sans compter la suppression de 5 emplois touchant des ouvriers.

Face à tout cela, nous demandons :
• Le rétablissement du dialogue social dans cette entreprise qui a jeté ses valeurs humanistes aux orties

• L’amélioration des conditions de travail et de rémunération de l’ensemble du personnel

• Davantage de considération pour les élus du personnel dont les remontées de terrain ne sont jamais prises en compte

Nous sommes tous concernés, ne baissons pas les bras, soutenez-nous, rejoignez-nous !

> N’hésitez pas à partager et à diffuser ce tract en le téléchargeant depuis le site internet : http://journalistes-cfdt.fr/act…/publihebdos-osons-dire-stop

19 Avr

Une manœuvre grossière de la Sécurité routière met les journalistes en porte-à-faux

Les rédactions n’ont pas été consultées avant la publication de cette publicité.

Une pleine page de publicité de la Sécurité routière émanant de la régie Espace PHR est publiée cette semaine dans nos hebdomadaires, s’appuyant sur des extraits d’articles de la presse régionale pour promouvoir le passage aux 80 km/h, mesure on ne peut plus contestée dans les secteurs ruraux.

On peut penser ce qu’on veut de cette mesure en matière de sécurité routière. Mais en procédant ainsi à des fins de propagande, le Gouvernement met une nouvelle fois des journalistes en porte-à-faux qui voient leurs articles détournés : les quelques phrases extraites, allant toutes dans le sens de la Sécurité routière, sont en effet sorties de leur contexte et dénaturent les reportages.

De plus, il semblerait que les rédactions et les auteurs n’aient pas été consultés avant la diffusion de cette publicité.

Forte opposition

Rappelons que plus de 3 usagers sur 4 sont opposés à cette mesure prise de façon autoritaire par le Premier ministre et que la semaine dernière, au niveau national, ce sont 30 000 motards et automobilistes qui ont manifesté contre le passage aux 80 km/h.

Les journalistes ne peuvent que dénoncer cette tentative de manipulation grossière de l’opinion et demandent à la régie publicitaire Espace PHR de faire preuve d’un peu plus de discernement avant d’accepter les campagnes du Gouvernement.

Une question sur ce sujet sera posée au prochain Comité d’entreprise de Publihebdos, une de ces phrases ayant été piochée dans un article du Pays d’Auge.

05 Avr

Ne bradons pas le travail sur internet

Le développement du numérique a profondément changé les conditions de travail des journalistes de PHR

Reconnaissance du travail effectué, mise en place d’un cadre précis et versement d’une juste rémunération : ce sont ces trois points qui sont mis en avant par les journalistes CFDT de Publihebdos dans le cadre de la négociation d’un nouvel accord d’entreprise sur le travail internet.

Le précédent accord, conclu en 2015, est arrivé à son terme le 31 décembre dernier. Théoriquement, sa renégociation aurait dû être mise en chantier six mois avant son échéance, mais cela n’a pas été fait, la direction traînant plutôt des pieds sur ce sujet. Et pour cause : lors de la première réunion de négociation, elle a expliqué qu’elle entendait renégocier cet accord sur la base de l’accord précédent (à savoir une prime de 200 euros par an), ce qui, pour les journalistes CFDT, n’est pas acceptable.

Depuis 2015, en effet, le numérique a pris un poids considérable dans le travail des rédactions. Il représente aussi 7% du chiffre d’affaires publicitaire.

Les journalistes de PHR travaillent désormais de la même façon que leurs confrères des quotidiens (quant à la réactivité et la mise en ligne) et la création du portail actu.fr change aussi la donne sur le périmètre de diffusion de leurs articles.

Lors de la négociation de branche PHR sur la grille des journalistes, les éditeurs ont refusé toute discussion portant sur la révision des grilles de classifications et n’ont pas non plus voulu entendre parler de bonus de rémunération des journalistes pour le travail sur internet.

Pour Publihebdos, la direction considère que de fait, les journalistes de PHR sont « bimédias » et peuvent être appelés à travailler sur les supports multimédias sans rémunération supplémentaire. Un point de vue que nous ne partageons pas.

Nous revendications quant au travail sur internet au sein de Publihebdos portent sur trois points :

  • La reconnaissance du travail effectué : cela signifie que les éditeurs doivent réellement prendre en compte la charge de travail supplémentaire qu’apporte la mise en ligne d’informations en temps réel sur le site actu.fr et que cela ne peut pas se faire « en plus de tout le reste ». D’autant que le « web » ne s’accommode pas d’un simple copier-coller d’articles déjà diffusés dans les éditions « papier », nous répète-t-on sans cesse.
  • La définition d’un cadre précis : le projet actu.fr nécessite une grande implication des journalistes et dans plusieurs rédactions, des astreintes sont mises en place, notamment en ce qui concerne les faits divers. Dans ce domaine, on ne peut pas se satisfaire de solutions à géométrie variable, en fonction des zones et des éditeurs.
  • La juste rémunération : ce travail sur internet a profondément changé l’organisation des journées de travail et demande une veille constante, ce qui n’était pas le cas du temps des seuls journaux papier. Cela a aussi demandé une montée en compétences des journalistes, de plus en plus nombreux à maîtriser les « bons usages du net » tant sur la rédaction des articles numériques, que sur leur enrichissement avec des galeries photo et des vidéos.

Pour ces raisons, alors que la GPEC des journalistes n’avance pas et ne débouche sur rien, les journalistes CFDT demandent :

  • un complément de rémunération pour chaque journaliste travaillant sur le web de 50 euros brut par mois (soit 650 euros brut / an)
  • la mise en place de primes d’astreinte de week-end d’un montant de 15 euros par jour (samedi, dimanche, jour fériés et RH) en plus de la récupération des heures travaillées en cas de sortie terrain un jour d’astreinte.
  •  L’extension du paiement de ces primes aux journalistes et titres hors UES, mais rattachés à actu.fr (comme SEPR, par exemple).

La signature d’un tel accord dépendra certainement du rapport de force que les journalistes de Publihebdos et ses filiales pourront exercer sur la direction. Et nous aurons certainement besoin de votre mobilisation pour les faire aboutir ces demandes. Ne bradons pas le travail sur internet.

08 Déc

Charte déontologique : signature de l’accord

Pour Publihebdos, nous avons signé avec le SNJ un accord portant sur la reconnaissance de la charte 1918-1938-2011 en regrettant que la direction refuse toute référence à la Charte de Munich. Est-ce parce qu’elle évoque un « revenu décent pour les journalistes » ou qu’elle entrevoit une possibilité de démocratie dans l’entreprise ?
Les syndicats, eux, se réfèrent aux deux chartes. Et c’est tant mieux.

28 Avr

L’accord NAO a été signé par l’ensemble des organisations syndicales de Publihebdos

L’accord de négociation annuelle obligatoire (NAO) a été signé par l’ensemble des organisations syndicales de Publihebdis.

Il comprend :

  • une augmentation générale de 1% au 1er juillet,
  • l’augmentation de la prime de délégation (pour les remplacements des RC) à 90€ brut par semaine
  • ajoute, pour les employés, un jour de congé pour le décès des grands parents.
  • et dispose que le temps de trajet pour se rendre en formation sera intégralement considéré en temps de travail.

Par ailleurs, deux négociations sont engagées sur le droit à la déconnexion et sur l’adoption d’une charte déontologique.

23 Juin

Un travail dans l’ombre…

CHSCT, Comité d’entreprise, branche PHR : malgré ce que disent certains, les élus CFDT sont actifs et travaillent (le plus souvent dans l’ombre) dans l’intérêt des salariés, toutes catégories, tous métiers confondus.
Nous serons ainsi le 29 à Rennes pour le Comité d’entreprise et le 30 à Paris pour une réunion de négociation de branche sur la revalorisation de la grille des journalistes. Avec l’espoir d’obtenir des avancées significatives.

18 Fév

Y a-t-il des titres en menacés de fermeture à Publihebdos ?

Récemment, un article publié par la lettre professionnelle PresseNews a semé le trouble, annonçant une possible suspension des parutions du « Bulletin de Darnétal » et des « Nouvelles de Falaise ».

Cette information a été démentie par un cadre de la direction, mais devrait faire l’objet d’une question lors du prochain comité d’entreprise, le 25 février à Rennes.

Une question sur l’éventuelle fermeture de titres a déjà été posée par les élus lors du comité d’entreprise au mois de janvier. Inquiets, ils voulaient savoir quels seraient ceux qui pourraient être menacés à court terme.

La réponse de la direction a été assez claire : «non, il n’y a pas de projets dans ce sens». Et d’ajouter : «on peut être rattrapé, dans les années à venir, par les réalités économiques qui nous obligeraient à fermer certains titres. Pour l’instant, aucun titre n’est visé. On les maintient en vie sans mettre le reste du groupe en péril. »

Comment et pourquoi PresseNews a diffusé cette information si elle n’est pas fondée ? L’exercice d’un droit de réponse de la direction paraît aujourd’hui nécessaire. Au moins pour rassurer le personnel des titres concernés.