07 Déc

Travail sur Internet : les élus CFDT et CGT ne céderont pas

La énième séance de négociation autour du travail sur internet, ce jeudi 29 novembre 2018 à Rennes, s’est, une nouvelle fois, montrée décevante, la direction de Publihebdos étant vraisemblablement atteinte d’une « macronite aiguë » : « on entend les demandes des syndicats, mais on garde le cap… »

Depuis des mois, les organisations syndicales interpellent la direction sur la charge de travail supplémentaire induite par le site actu.fr pour les journalistes de Publihebdos, sans que ceux-ci ne bénéficient des fruits de leur travail.

Les journalistes ne sont pas voués à rester de la ressource humaine quasi-gratuite mise à disposition d’actu.fr

Pour les élus de l’intersyndicale CFDT et Info’Com-CGT, c’est inacceptable !

C’est grâce au travail des journalistes que le site actu.fr peut s’enorgueillir de s’être hissé à la 3e place de la presse régionale, et la « calinothérapie » de la direction liée à ces bons résultats ne suffit plus.

Alors que les salaires de la branche sont très bas, il s’agit désormais de reconnaître ce travail supplémentaire, en le rémunérant à sa juste valeur.

Les demandes des syndicats dans le cadre de la négociation d’un nouvel accord bi-média, ne sont pas extravagantes, contrairement à ce que laisse entendre la direction. Ils demandent une revalorisation annuelle de 650 euros brut minimum par an pour tous les journalistes ce qui ne mettrait pas Publihebdos dans le rouge compte tenu des résultats de l’entreprise communiqués chaque mois !

Pourtant, si la direction dit reconnaître le travail supplémentaire demandé aux journalistes, que l’information en continu exigée par actu.fr n’est plus le travail d’un hebdomadaire, elle maintient une proposition indécente, limitant l’éventuelle prime bi-média à 8 points d’indice soit 31,60 euros brut par mois (410,80 euros annuels).

Face à cette proposition au « ras des pâquerettes », les organisations syndicales ont prévenu qu’il ne serait pas question de signer l’accord.