21 Fév

Smartphones dans les rédactions : précisions et conseils

Le déploiement des iPhones dans les rédactions de Publihebdos a commencé, et des questions autour de ces appareils ont été posées à l’occasion du Comité d’entreprise.

Rappelons les termes du contrat : avec l’iPhone 4S ou 5, il est attribué 1h30mn de communications aux journalistes, facturées à l’utilisateur 4.86 € ttc l’heure en cas de dépassement. Le forfait comprend 100 sms et 100 mms. Les connections Internet sont de 1GO, avec débit ralenti en cas de dépassement.
Une question a été posée sur la possibilité de refuser cette offre, pour les journalistes qui seraient équipés de leurs propres appareils et qui, en contre-partie, touchent une prime mensuelle d’équipement. La réponse est non. Ils peuvent toutefois demander un délai d’un mois ou deux à leur éditeur, le temps d’une éventuelle résiliation de leur forfait.
Pour la direction, donc, accepter cet équipement serait obligatoire. La demande d’un RIB pour la facturation des dépassement nous semble cependant beaucoup plus contestable. Si le journaliste refuse de payer les suppléments, c’est à la direction qu’il revient de fournir des forfaits bloqués, empêchant les dépassements.

Dernier point, et non des moindres : le droit à la déconnexion, porté nationalement par le CFDT et très sensible dans nos métiers. Rappelons que les journalistes de Publihebdos n’ont pas d’astreinte. A ce titre, ils n’ont pas à répondre aux appels en dehors de leurs heures de travail, déjà trop nombreuses dans bien des cas (autre grand débat porté par le CFDT au sein de l’entreprise).

Si on peut se réjouir de recevoir un matériel performant, utilisable à des fins personnelles à moindre coût, les smartphones ne doivent cependant pas devenir un « fil à la patte » supplémentaire. Nous invitons donc les journalistes à :
– ne pas répondre aux appels en dehors de leurs heures de travail ;
– se déconnecter de la même façon du fil twitter et Facebook pro lorsqu’ils sont en repos ;
– résister à l’appel des mails…

L’équipe de la CFDT reste à votre disposition pour toute information supplémentaire.